LA SAINTETE AU JOUR LE JOUR PAR SAINT ALPHONSE DE LIGUORI

"Tout catholique peut, en pleine sûreté de conscience, suivre les instructions et avis de saint Alphonse de Liguori. Car ses oeuvres ont été approuvées par le Saint-Siège après un examen minutieux. En sorte qu'il est vrai de dire que la doctrine de saint Alphonse est saine et parfaitement conforme à l'Evangile." Sacrée Pénitencerie, 5 juillet 1831. Collection Itinéraire Spirituel - Editions Clovis, 1996 (1 page par jour)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 janvier - St Guillaume, évêque

IL FAUT mourir! Terrible sermon que cette parole! Mon frère, il est certain que vous mourrez un jour.

Comme autrefois votre nom fut écrit au registre des baptêmes, ainsi un jour, il sera écrit au registre des morts. Souvent vous avez entendu sonner le trépas des autres; mais un jour, on entendra sonner le vôtre; vous serez dans l'éternité!

Ah! mon Dieu, quand mon cadavre sera porté à l'église, qu'en sera-t-il de mon âme? où sera-t-elle?...

Ô saint Enfant, qui venez si généreusement souffrir et mourir pour mon âme, aidez-moi à faire quelque chose pour son salut avant que ma mort arrive.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

29 avril - St Pierre de Vérone, martyr

LES PIEUX usages. Voyez comme les bons chrétiens sont habiles à mêler la prière à toutes leurs occupations. Ils font, dès leur réveil, le signe de la croix et l'offrande de leurs actions à Dieu. Aussitôt qu'ils sont habillés, ils récitent la prière du matin, à l'heure du coucher, ils réciteront la prière du  soir. Avant et après les repas, ils disent le bénédicité et les grâces, et, trois fois le jour, l'angélus. Quand on sonne une agonie ou le glas, quand passe le saint Viatique ou un enterrement, ils prient pour le mourant ou pour le mort; s'ils rencontrent une croix, une tombe, un cimetière, ils se signent ou se découvrent sans respect humain.

Mais à quoi bon cette multitude de pratiques? Ah! c'est qu'ainsi on se fait de la prière fréquente une habitude qui s'enracine et qu'on ne perdra probablement plus. Or, vous le savez bien, celui qui prie souvent et jusqu'à la mort, celui-là sera certainement sauvé.

Ô Marie, conservez toujours vivaces dans nos familles ces pieux usages; ils sont notre force, ils seront notre salut.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vierge et en Jupe à 20 ans

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site