La virginité intégrale par Claude Prudence en 1953

"Les fiancés qui se chérissent le plus ardemment sont ceux qui gardent leur virginité jusqu' au mariage..."

La virginité intégrale exige la pureté du corps et de l' esprit intimement liés dans la personne humaine. On s'imagine aisément que la jeune fille n' ayant jamais eu de rapports sexuels avec un homme est vierge même si elle s'est livrée aux mauvaises habitudes, même si elle a concédé toutes les privautés aux hommes, excepté les rapports sexuels.

Le Christ a dit que "quiconque désire la femme de son voisin" commet déjà l'adultère. De même, la jeune fille qui désire l'union charnelle, mais s'y refuse, à cause des risques de grossesse, a déjà commis la faute qui la prive de sa virginité.

La virginité physique n'est pas grand chose si l'esprit est impur et si le corps a été souillé par soi-même ou par d'autres. Virginité de façade, apparence blanchie, qui cache les mauvaises intentions, les mauvaises pensées, les regards impudiques. La jeune fille qui se laisse aller aux abandons lascifs et volontairement renouvelés dans les bras d'un danseur osé, ou accepte les caresses excitantes sur son corps, ou désire secrètement prendre tout le plaisir possible sans le risque de procréation, n'est pas vierge.

Ce serait une outrecuidante et ridicule prétention que de justifier sa virginité intégrale par la présence d'une mince membrane dans les organes intimes, l' hymen.

La virginité est un joyau de prix que la jeune fille pourra offrir à son mari; ce sera aussi la meilleure preuve de ses aptitudes supérieures à aimer totalement dans la chair qu'elle a su estimer et respecter.

La fiancée vierge peut revêtir la robe blanche et marcher fièrement à l'autel; elle ne ment pas à Dieu ni à son fiancé, ni à l'assistance en revêtant la couleur des purs; elle n'est pas un "corps blanchi" par une tunique qui la recouvre entièrement, mais qui cache l'impudicité et les turpitudes. Sincère, joyeuse et triomphante, la fiancée pure, devenue la chaste épouse peut chanter désormais l'antienne joyeuse de l'Offertoire de l'Office Nuptial:

"Nous voici, Père Saint, accablés de bonheur,

Et cet amour, tout neuf, qui ne fait que sourire

Et notre anneau qui ferme sur nous son coeur !

Que le pain et le vin, l'encens, le feu, la cire...

Sublime notre chair et l'humble temporel,

Dans la grâce unissant la terre avec le Ciel."

 

3 votes. Moyenne 1.67 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Vierge et en Jupe à 20 ans

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site